Vous êtes ici : Accueil > Recommandations > Opérations > Proposer une première formulation des recommandations possibles

Proposer une première formulation des recommandations possibles

Une recommandation n'est pas que l'annonce d'un objectif à atteindre, d'une action à mener ou d'une finalité dans laquelle s'inscrire. Une recommandation devrait comporter les différents éléments suivants :



Fondements (diagnostic)

  • Dysfonctionnements / difficultés à résoudre ;
  • niveaux et leviers d'action sollicités.


Finalité ou objectif


Actions

  • Mise en œuvre : plan de communication, calendrier, budget, moyens, productions, etc. ;
  • conditions de réalisation ;
  • résultats attendus ;
  • indicateurs (réalisation – régulation – évaluation).


Avantages et inconvénients (ou risques)



Cette présentation ne constitue pas un modèle stricto sensu, elle indique les éléments à faire figurer pour que le commanditaire puisse prendre ses décisions en toute connaissance de cause. L'ordre de ces éléments, les termes employés, doivent être adaptés pour assurer une cohérence interne à la note rédigée et respecter une logique d'argumentation.



Bien souvent, on ne présente que la partie "objectif" de la recommandation. Si tel est le cas, le conseiller doit tout de même pouvoir la mettre en relation avec l'état des lieux et le diagnostic qui la fondent, soit par une explicitation lors d'une présentation orale au commanditaire, soit parce que ces éléments sont clairement argumentés dans le rapport ou la note. Le commanditaire, au vu de la recommandation, doit comprendre pourquoi on lui propose d'agir de telle manière dans tel domaine. De plus, ces éléments argumentatifs permettent au commanditaire d'évaluer la recommandation et donc de choisir de la mettre en œuvre, de l'adapter ou de la rejeter.



De même, il est utile d'accompagner l'objectif d'une proposition d'opérationnalisation concrète budgétée. Certains parlent dans ce cas d'un plan d'action qui sera associé à un plan de communication. Une telle proposition "clef en main" aide le commanditaire à anticiper la mise en œuvre. La précision des résultats attendus et des risques encourus est pour cela indispensable.  Un tableau de bord spécifique pourra cibler des indicateurs clefs permettant de suivre les étapes de réalisation, réguler les actions tout au long du projet et procéder efficacement à l'évaluation finale. Généralement, le commanditaire attend la présentation de ces éléments en annexe de la note qui lui est remise et dans le commentaire oral qui est fait.



Enfin, la recommandation relève de l'aide à la décision si elle ne se présente pas comme une solution unique au problème mais prend en compte la complexité des réalités professionnelles en précisant les avantages, comme les risques, qu'elle comporte. Au commanditaire – décideur – de prendre position en connaissance de cause.



La recommandation doit être argumentée et opérationnalisée. Elle peut être rédigée avec deux niveaux d'informations : l'objectif qu'elle poursuit en corps de texte et une "fiche technique" en annexe. Les liens entre les recommandations, la commande, l'état des lieux et le diagnostic doivent être explicites. L'ensemble doit présenter logique et cohérence.